Du 21 au 24 janvier 2019 - Sites archéologiques de Palenque et Calakmul

Palenque est une cité maya qui se situe dans l’état du Chiapas, près du fleuve Usumacinta.

Comparée aux autres cités mayas, elle est de taille moyenne : bien plus petite que Tikal ou Copán, elle se distingue néanmoins par son patrimoine architectural et sculptural.

 

De tous les sites archéologiques mayas, Palenque est celui dont la découverte est la plus ancienne : à la fin des années 1690, le frère Ramón de Ordoñez y Aguilar venu évangéliser le Chiapas découvre les vestiges par hasard et propage la rumeur d’une immense cité perdue dans la jungle. Mais il faudra attendre 1841 pour que l’explorateur John Lloyd Stephens révèle l’existence du site au monde entier.

 

La zone découverte jusqu’en 2005 représente 2,5 km2 mais on estime avoir exploré moins de 10 % de la superficie totale de la cité. Il reste encore plus de mille structures couvertes par la forêt. 

 

Parmi les constructions accessibles, on peut noter :

- la Pyramide des inscriptions

- le Palais

- le Temple de la Croix

- le Temple de la Croix feuillue

- le Temple du soleil

- le jeu de pelote

la plupart des temples sont, du temps du roi Pacal (année 615 à 683), entièrement peints en rouge, couleur d’éternité pour les Mayas.

 

C'est dans la jungle de Palenque que nous entendrons nos 1er singes hurleurs, leurs cris ressemblent énormément aux rugissements des jaguars présents dans cette région. Très impressionnant ! 

La pyramide des inscriptions qui comprend neuf niveaux du monde souterrain maya ou inframonde. On a découvert la crypte du roi Pakal à 22 m de profondeur grâce à un escalier caché.

Dans le temple XIII (situé à droite de la pyramide des inscriptions) un sarcophage de pierre gardait un corps de femme recouvert de cinabre (oxyde de mercure, d’où sa couleur rouge). Le visage était recouvert d’un masque mortuaire en jade et la tombe contenait de nombreuses offrandes en jade comme il était coutume de le faire pour les dignitaires. Aucune inscription ne permet actuellement de l’identifier : s’agit-il de la mère de Pakal ? de sa femme ? Elle reste connue pour le moment sous le nom de "Reine Rouge".

Le Palais et la tour de quatre étages dominent l’ensemble. En l’absence d’éléments d’architecture similaires dans le monde maya connu, il est difficile de définir avec exactitude quelle était sa fonction. Les archéologues pensent qu’elle servait d’observatoire.

La forme des ouvertures du palais sont le symbole du glyphe « IK », premier souffle de vie. Pour les Mayas, IK est le souffle qui donne la vie et nous anime tous. En symbiose avec les arbres, il fournit aux créatures vivantes de quoi respirer. IK apporte également les nuages de pluie qui permettent aux récoltes de pousser.

Le glyphe "IK" est inversé pour l'inframonde

Nous pouvons admirer une autre particularité du site : l’aqueduc souterrain construit entre le palais et le groupe des croix permettait de canaliser les crues du ruisseau

Le temple de la Croix Feuillue est le plus mal en point. Il a perdu sa façade, ce qui nous permet de voir en coupe la superbe arche qui mène au sanctuaire.

Vue du temple de la Croix Feuillue

Le Temple de la Croix

Le jeu de pelote

Journée découverte de Calakmul 

 

Des vestiges archéologiques mayas, il y en a beaucoup dans la péninsule du Yucatán… mais il n’y en a qu’un, situé au coeur d’une réserve de la biosphère de  7 200 km2 de jungle !

Une réserve abritant des centaines d’espèces animales dont le roi de la jungle : le jaguar !

On ne pouvait pas manquer d’explorer Calakmul, qui était l’une des plus puissantes cités mayas à l’époque, aux cotés de sa rivale Tikal au Guatemala.

 

Monter au sommet de la pyramide principale de Calakmul est une expérience qui marque : en gravissant les innombrables marches, on se détache peu à peu des arbres pour finir par découvrir une vue époustouflante, une « mer verte » vierge de toute construction moderne, où seuls émergent des temples Mayas à perte de vue.

 

Les animaux domestiques n'étant pas autorisé dans cette biosphère nous avons du laisser notre Rony au parking de l'entrée avec notre chien de "garde" à l'intérieur.

C'est ainsi que nous avons fait la rencontre de Marine et Jérôme deux français voyageurs qui nous ont gentiment accueillis à bord de leur voiture pour nous emmener sur le site de Calakmul!

Après la visite nous les avons accompagné pour voir le spectacle étonnant des chauves-souris. 

À Calakmul, il est possible de monter sur 3 pyramides différentes. De là haut, la vue est superbe, de la jungle sur des km et des km à la ronde. Le Yucatan c’est plat, là vous en avez le coeur net ! La jungle est si dense, on ne distingue même pas la route d’accès.

Un singe araignée

Des centaines de colibris viennent prélever le nectar des fleurs

En voulant voir le site de Calakmul en vue satellite sur google earth, nous avons eu l'étonnante surprise de découvrir ceci ! Incroyable non ??

Selfie avec Marine et Jérôme avant de reprendre la route !

Un spectacle de millions de chauve-souris

Nous avons pu assister à un spectacle naturel étonnant qui se produit à 8 km de l'entrée du site de Calakmul direction Xpujil.

Par un petit chemin, on peut rejoindre un gouffre (ressemblant à un cénote mais sans eau) qui plonge vers l'entrée d'une caverne. De là, à partir de 17h, on peut entendre des couinements sortir de l'intérieur de la terre puis le départ de quelques chauve-souris servant d'éclaireur à leurs troupes en ressortent afin de lancer le signal officiel.

D'abord des centaines puis des millions de chauve-souris sortent de ce trou en effectuant une valse qui les fait tourner dans un tourbillon autour des parois du cratère avant de s'envoler pour se nourrir.

Pendant ce spectacle qui dure environ 25 minutes, certains rapaces viennent en profiter pour attraper quelques proies volantes.

Une représentation bien concrète du processus écologique de la chaine alimentaire, directement sous nos yeux. Cette manifestation naturelle est époustouflante.

Du 25 au 31 Janvier 2019 - De la lagune de Milagros à Bacalar dans l'état du Quintana Roo

Nous arrivons à la lagune de Milagros la petite soeur de Bacalar à quelques kilomètres de la frontière avec le Belize, pour 3 nuits . Plus petite et moins touristique que Bacalar nous profitons du lieu pour un peu de farniente. Cette lagune est alimentée par des sources souterraines ainsi que par le ruissellement. Les couleurs sont incroyables!

Malgré les nuages il fait très chaud et la baignade s'impose dans la lagune de Milagros

Maëlys a soufflé ses 10 bougies, malheureusement nous avons que cette photo en souvenir, les autres n'ont pas fonctionnées.

Après la lagune de Milagros nous passons la nuit au camping de Calderitas proche de Chetumal pour revoir nos amis Irina et Damien, Claire et David puis nous faisons connaissance des "7 mois sans cartable" et des québécois "Les Xplorateurs nomades". Superbe soirée en leur compagnie

Inspection technique du toit suite à l'arrachage de l'antenne par un câble électrique

Les enfants s'amusent à reproduire en pâte à modeler les cités maya qu'ils ont visitées.

Dernière journée avec nos amis avant leur départ pour le Bélize.

La Lagune de Bacalar est surnommée la lagune des 7 couleurs pour ses eaux cristallines, c'est l'un des joyaux des caraïbes mexicaines.Nous voici enfin devant ce joyau méconnu !

Nous décidons de prendre un bateau pour explorer ces eaux qui semblent irréelles

Petit plongeon du bateau dans notre 1er Cénote appelé le Cénote Negro surement en référence à ses 90m de profondeurs. Un cénote est au départ une grotte au sein d'un massif calcaire dont le toit s'est effondré et dont les eaux souterraines le remplissent

Paradisiaque

Petite baignade et petit gommage au canal des pirates.

Cet endroit a la particularité, comme certains fonds de la lagune, de posséder un sable fortement concentré en souffre. Il est de ce fait possible de se faire des gommages avec le sable afin de purifier sa peau et la dégager des impuretés.

Du 1er au 4 février 2019 - Mahahual, le site archéologique de Tulum et le Gran cenote

Mahahual, pueblo magico, calme et enchanteur, loin du tourisme de masse... Nous y restons deux jours pour profiter encore de la plage et faire du snorkeling près de la barrière de corail. Un vrai coup de coeur !

Tout est prévu pour la farniente !

Tulum est vraiment un port magnifique, unique : il surplombe la mer des Caraïbes du haut des falaises sur lesquelles il repose. Le nom préhispanique de cette cité était Zama, qui signifie aube, nom logique puisque sa situation géographique permet chaque jour d'observer le lever du soleil.

 

Les mayas utilisaient le site de Tulum comme un important port de pêche et peut être aussi de commerce pour les échanges vers d’autres cités de la région. Des artefacts en silex, des poteries de la péninsule du Yucatán, des objets en obsidian ou en jade provenant du Guatemala , prouvent l’importance de ces échanges.

 

La cité était encore habitée par les populations mayas lors de l'arrivée des espagnols, mais elle fut abandonnée au cours du 16e siècle.

 

Sur ce site vivent de nombreux iguanes prenant la pause sur les vestiges. Nous y avons également vu notre 1er coati mundi (raton laveur tropical).

 

 

Un coati mundi

Gran cenote de Tulum

Un cenote est un gouffre ou puit naturel rempli d’eau douce, qui vient du mot maya «d’zonot» signifiant puit sacré.

 

Les cénotes sont produits par un phénomène de dissolution et d'effondrement des terrains calcaires situés au-dessus d'un réseau souterrain de grottes et rivières.

 

Ces formations géologiques très anciennes avaient un rôle important dans les rituels mayas : on a retrouvé de nombreux ossements au fond des cenotes de la péninsule, ce qui atteste que ces endroits mystérieux étaient utilisés par les Mayas pour des sacrifices.

 

Au total, il y aurait plus de 10 000 cenotes dans le Yucatan : il y a donc de quoi faire !

 

Pour celle-ci, nous avons eu l'agréable surprise de pouvoir nager avec des tortues d'eau douce et d'entendre des piaillements de centaines d'oiseaux nichés dans les grottes.

Le 12 février 2019 - Retour sur Tulum pour la visite de la réserve de Sian Ka'an

 

Sian Ka'an signifie littéralement « origine du ciel » en langue maya.

 

C'est une réserve de la biosphère, une zone reconnue et protégée au niveau fédéral au Mexique. Classée depuis 1987 par l’Unesco, Sian Ka’an appartient aussi au patrimoine mondial de l’Humanité.

Sian Ka’an c’est plus de 400 000 hectares entre terre, mer et lagunes. Un site exceptionnel où les forêts luxuriantes contrastent avec les bleus turquoise de la mer des Caraibes et des nuances de verts des lagunes et canaux.

Elle compte notamment plus de 300 espèces d'oiseaux. Parfait pour les amoureux de la nature ! 

 

Pour visiter la réserve, nous partons en excursion pour la journée, les chiens étant interdits dans la réserve, nous laissons notre camping car et notre chien de garde à Tulum.

De plus, la piste est cahotique et aurait été très difficile en camping car, nous sommes secoués dans tous les sens, la route est longue...

C'est par cette piste que circulait autrefois la drogue, d'ailleurs Pablo Escobar avait une maison dans la réserve, transformée aujourd'hui en hôtel de luxe et avait également construit le vieux pont de Boca Paila.

 

Nous prenons ensuite un bateau pour 3 heures de navigation qui nous aura permis de voir : dauphins, crocodiles, tortues, une raie ronde de Haller et de jolis poissons lors d'une plongée en snorkeling ainsi que de nombreux oiseaux.

 

Malheureusement, suite à une mauvaise manipulation, nous avons perdu toutes nos vidéos prises lors de notre plongée en snorkeling, dont notre vidéo de la raie de Haller. Grosse déception.

 

Raie de Haller (photo récupérée sur internet)

L'île de San Juan et ses oiseaux. Ici des bébés pélicans déjà bien gros.

Pélican brun

Frégates

L'ancien pont construit par Pablo Escobar pour l'acheminement de la drogue.

Du 5 au 8 février 2019 - Cancun : départ de mamie Nadine pour la France et journée d'école pour Maëlys

Cancun, c’est un mélange entre Las Vegas et Miami : de grands buildings, des hôtels, des endroits pour faire la fête.

Nous n'étions pas très tenté de visiter cette ville car on nous avait souvent parlé des plages de Cancun souillées de sarguasses qui nous empêchaient de profiter de la plage et qu'il fallait nager à travers les algues pour atteindre l'eau claire, que seuls les hôtels employaient des moyens humains pour enlever ces algues.

Or, le tableau qu'on nous a souvent présenté durant notre voyage était loin d'être représentatif !

 

Finalement nous avons trouvé un bivouac au bord de la plage "Delfines", très tranquille et loin du tumulte des gros hôtels.

Et quelle récompense !

Cette plage est la plus belle que nous n'ayons jamais vue ! Le sable est blanc, l'eau varie du turquoise au bleu marine, nous sommes agréablement surpris et heureux de ne pas être passé à côté ! Bien sûr qu'il y avait des sarguasses mais pas au point de ne pas pouvoir profiter du lieu.

 

Cancun, c'est aussi le retour de mamie Nadine en France après 1 mois passé en notre compagnie !

 

Cancun c'est enfin la découverte de l'école Waldorf où Maëlys a été très bien accueillie pour y passer la journée en compagnie des enfants de son âge, un moment inoubliable pour elle !

La lagune de Cancun

Entrée de l'école Waldorf

L'accueil et le secrétariat

L'atelier bois

Petit préau permettant aux parents de se retrouver pour échanger autour d'un petit café ou faire une activité...

Tous les vendredis, c'est activité "laine cardée" pour les parents

Les classes primaires

La 4ème classe où Maëlys a passé la journée

Du 9 au 11 février 2019 - Visite de Valladolid et de sa cénote Zaci ainsi que le site archéologique de Coba et sa cénote Choo-Ha

Valladolid est une charmante petite ville qui a su préserver son aspect colonial et sa douceur de vivre. La majorité des habitants a conservé la tenue vestimentaire traditionnelle de la péninsule du Yucatan et les maisons qui bordent la rue principale sont de couleurs pastel.

C'est également un haut lieu de l'histoire mexicaine, car c'est ici que débuta la guerre des Castes en 1849. 

C'est aussi là qu'eut lieu la première étincelle de la révolution mexicaine , lorsque le 4 juin 1910 la ville fut prise par les rebelles.

 

Nous avons beaucoup apprécié cette petite ville si paisible mais à la fois assez animée. Sur le marché alternatif et des produits naturels, nous avons fait la rencontre de Danielle, une Quebecoise ayant passé sa vie à récupérer les chiens errants de la ville pour les soigner, les faire stériliser et les faire adopter très souvent par des Canadiens ou Américains.

Nous avons également revu deux enfants de l'école Waldorf de Cancun, fait du hasard, Maëlys les connaissait puisqu'ils faisaient partie de la classe où elle avait passé la journée. Les enfants très timide au départ ont fini par jouer quelques heures dans le parc à jeux pendant que nous nous flânions sur le petit marché.

 

L'église de Valladolid

Danse folklorique Mexicaine

Cénote Zaci de Valladolid

Le cénote Zaci a la particularité de se trouver en plein centre de Valladolid. 

Malgré son emplacement, ce cenote est un endroit très calme et harmonieux, où seuls les cris d’oiseaux et le claquement d’un petit filet d’eau qui se jette depuis la voûte viennent rompre le silence de cathédrale imposé par cet ancien lieu de rituels maya.

L’eau est belle et transparente, et on y trouve de très nombreux poissons.

Très agréable moment !

Cénote Zaci de Valladolid

Coba est un autre important site archéologique maya qui se trouve à 40 km de Tulum, en allant vers l'intérieur des terres.

 A l'époque précolombienne, cette cité rivalisait en grandeur et en beauté avec Chichén Itza, avec qui elle se battit longtemps pour l'hégémonie de la région.

Coba possède l'une des pyramides les plus hautes de toute la zone maya.

Le "Nohoch Mul" (grand monticule en langue maya), au sommet duquel a été construit un petit temple, mesure 42m de hauteur.

Accessible au public, il offre une vue panoramique unique sur la région, qui permet de se rendre compte de l'immensité de la forêt tropicale.

La Grande Pyramide, la seule accessible aux touristes. Du haut de ses 42 mètres, c’est la 2ème plus haute structure de la Péninsule du Yucatan.

La pente est raide et la chaleur accablante mais la vue au sommet vaut vraiment le coup !

Petit temple au sommet de la pyramide

Vue panormique sur la jungle

Le jeu de pelotes

Le temple ovale

Cénote Choo-Ha de Coba

Ce cénote a la particularité de se trouver dans une grotte souterraine. On y accède en descendant un escalier sombre sous terre, pas très engagant !

Mais une fois arrivés en bas, la grotte est époustouflante, couverte du sol au plafond de stalagtites et stalagmites.

Le lieu était parfaitement désert et silencieux, l'eau fraiche et limpide et on peut y observer de nombreux poissons chat.

Pascal et Maëlys n'ont pas hésité à faire un petit plongeon, quant à moi je n'ai pas eu le courage de nager dans un endroit aussi sombre, j'avais peur qu'un monstre surgisse des profondeurs... 

 

L'entrée du cénote

Les 13 et 14 février 2019 - Nage avec les tortues d'Akumal

Nager avec des tortues de mer était pour nous une étape immanquable lors de notre voyage dans la Péninsule du Yucatan ! Le spot le plus réputé de la péninsule pour nager avec ces énormes tortues en toute liberté est sans aucun doute la plage d’Akumal, située sur la Riviera Maya, entre Playa del Carmen et Tulum.

 

Nous nous sommes rendus sur la plage dès 8h30 à du matin pour avoir la chance de voir un maximum de tortues.

Equipés d'un masque et d'un tuba, à quelques mètres de la plage, la magie opéra : deux tortues en vue en train de manger l’herbe des fonds marins avant de retourner de temps en temps prendre un peu d’air à la surface. C’est magique d’être à quelques mètres de ces énormes tortues si paisibles.

Nous aurons eu également la chance de voir une grande raie mais je vous laisse voir en image !

Raie Léopard