Costa Rica … Le Pays où la Nature est Culture …

Le Costa Rica est un pays d'Amérique centrale recouvert d'une forêt tropicale humide et situé entre la mer des Caraïbes et l'océan Pacifique.

Le nom Costa Rica aurai été donné par Christophe Colomb, lorsqu’il débarqua lors de son 4e et dernier voyage, sur la côte Caraïbe le 5 octobre 1502. Colomb aurait été impressionné dans la richesse des parures en or des Indiens et par l’exubérance de la végétation…

Bien que sa capitale, San José, abrite des institutions culturelles comme le musée de l'Or précolombien, le Costa Rica est connu pour ses plages, ses volcans et sa biodiversité.

Environ un quart de sa superficie est constitué d'une jungle protégée, et d'une flore et d'une faune extrêmement riches puisque 6 % de la biodiversité mondiale s'y trouve.

L'économie du Costa Rica est dépendante du tourisme (deux millions de visiteurs par an), de l'agriculture et de l'industrie high-tech, en particulier pour ses exportations.

Le tourisme est la principale source de revenu. Sous l'impulsion du président de la République (Óscar Arias Sánchez), qui a déclaré « la paix à la nature », le Costa Rica est devenu pionnier de l'écotourisme.

Actuellement, les revenus du pays proviennent essentiellement des exportations de produits agricoles traditionnels, tels que la banane, le café, le sucre, le cacao et l'ananas. Le Costa Rica produit un café de haute qualité qui est essentiellement exporté vers les États-Unis.

Ce pays est très pacifiste, à l’instar de ses voisins très agités, ici il n’y a pas d’armée, tout juste une police.

Durant nos 2 semaines passées au Costa Rica, nous aurons eu la chance de voir énormément d'animaux ( singes, paresseux, serpents, toucans, aras, colibris, iguanes, raton laveur, biche, coatis,…).

Ici ce fût un voyage au pays de Dame Nature, alors comme disent les ticos (costariciens) : Pura Vida !!!

 

Capitale : San Jose

Monnaie : Colón

Président : Carlos Alvarado

Du 24 au 28 mars 2019 - De la plage Rajada au lac Arenal

Notre 1er bivouac au Costa Rica est la plage Rajada située au bord de l'océan Pacifique où nous étions seuls, comme échoués sur une île déserte, dans un décor paradisiaque : sable blanc, tamariniers au bord de l'eau, eau fraîche et mangrove avec des crocodiles derrière nous ! 

Nous nous sommes sentis comme des petits Robinson, un bivouac qu’on ne risque pas d’oublier !

 

 

Un geai à face blanche très intéressé par notre petit déjeuner !

La mangrove aux crocodiles

Petit bivouac sympathique au bord du lac Arenal

De nombreux coatis sont sur les bords des routes à la recherche de nourriture.

Le volcan Arenal, cône volcanique culminant à 1633 m est une figure imposante dans le paysage. Géologiquement, l’Arenal est considéré comme le plus jeune volcan du Costa Rica. Son âge est estimé à moins de 7500 ans.

Bivouac dans la petite ville de Fortuna, au pied du volcan Arenal.

L’après-midi, nous optons pour un programme (extrêmement rare) pendant que l’on voyage : nous allons nous détendre en profitant des sources d’eau chaude du volcan Arenal !

Nous reprenons la route direction Puerto Viejo où nous traversons la nature exubérante de la vallée de Sarapiqui

De nombreux ponts à singes sont installés au dessus des routes.

Nous longeons des champs d'ananas

29 et 30 mars 2019 - L'incroyable faune et flore chez José à Horquetas et le volcan Poas

José est un Costaricien ayant monté l'association Frog's Heaven et reçoit depuis 2009 des voyageurs de tous pays pour leur faire découvrir dans son immense jardin les nombreuses grenouilles et oiseaux venus s'installer suite à la plantation d'arbres spéciaux pour les attrier, et ce fût un grand succès. 

Je vous laisse découvrir les beautés de la nature en image...

 

La rainette aux yeux rouges, emblême du Costa Rica, en plein sommeil

Ah, c'est l'heure du réveil !

Et lorsqu'elle se déplace, une beauté surnaturelle s'offre à nous !

Grosse fleur servant du buvette aux oiseaux

Même un paresseux et son bébé sont venus s'installer dans le jardin de Jose !

Un Araçari à collier

Un Toucan Tocard et son joli sourire

Un colibri

Cascade de la Paz

La chute La Paz est une cascade du centre du Costa Rica. La rivière La Paz forme des sauts successifs après avoir parcouru 8 kms de terres volcaniques, et plus loin traverse la forêt de la pente orientale du volcan Poas.

Le volcan Poas

Le Poas est un stratovolcan très actif. Il a connu au moins 39 épisodes éruptifs depuis 1828. Il connaît actuellement une activité moyenne (fumerolles, éruptions phréatiques). Situé à 37 km au nord-ouest de la capitale San José, ce volcan culmine à 2 708 m d'altitude.

Son cratère principal héberge aujourd'hui un lac acide qui dégage régulièrement des vapeurs sulfurées toxiques, notre présence sur place est limitée à 20 min.

Pour approcher le volcan, nous devons nous munir d'un casque pour se protéger de toutes projections.

Du 31 mars au 2 avril 2019 - Rio Tarcoles, le pont aux crocodiles géants à la plage des Aras "Bochinche"

Après la visite du volcan, nous décidons de nous rendre sur la côte Pacifique pour profiter des belles plages et retrouver un peu de chaleur.

En cours de route, nous nous arrêtons au pont surnommé ici « le pont aux crocodiles », qui est finalement un pont qui sert simplement de route afin de traverser le Rio Tarcoles, et qui nous permet de voir les plus gros crocodiles du Costa Rica.

Ce sont des crocodiles du nom de « sauriens alanguis », qui sont assez rares au Costa Rica et malheureusement chassés pour leur cuir.

Ce jour là, nous avons eu la chance d'en voir une trentaine se faire dorer au soleil.

De nombreux crocodiles sont visibles du pont de Tarcoles au bord de l'océan Pacifique.

Ensuite nous continuons notre route pour se poser sur la plage Bochinche, une plage déserte où au petit matin, nous avons la chance de nous faire réveiller par des Aras Macao (rouge) venus se nourrir au dessus de nos têtes dans les amandiers tropicaux.

Ce fût un moment magique car on ne s'y attendait pas ! C'est Maëlys, devenue experte en oiseaux grâce à l'application "Merlin Bird" qui a reconnu leurs cris et nous a dit de vite sortir car les Aras étaient là !

Depuis, nous les avons étudiés d'un peu plus près, et voici quelques informations sur les Aras Macao :

Lorsque l’ara rouge s’est choisi un partenaire, il lui reste fidèle pour la vie.

Un couple d’aras rouges est très démonstratif en amour : ils se lèchent mutuellement la tête et utilisent leur bec pour se laver les plumes. Ils ne se séparent jamais, sauf pendant la couvaison.

Le mâle se charge de rassembler de la nourriture pendant que la femelle couve pendant 27 jours. Le couple n´effectue qu´un cycle de reproduction par an, d´octobre à avril au Costa Rica, avec généralement la ponte de 2 ou 3 œufs dans une cavité d´arbre.

C´est à l´âge de 3 mois que les jeunes s´envolent mais ils ne deviennent indépendants qu´entre 4 et 5 mois.

Les aras rouges sont des oiseaux extrêmement sociaux qu’on ne trouve presque qu’en groupe. Ils recherchent ensemble leur nourriture et les membres d’une même famille volent très près les uns des autres et recherchent un contact corporel lorsqu’ils dorment.

Les meilleurs moments pour en profiter, c´est tôt le matin et tard le soir. L’ara rouge vole de façon spectaculaire entre son lieu de repos et son site de nourrissage. Ils sont exclusivement végétariens. Ils se nourrissent de fruits, de noix de palmiers et de graines.

Ara Macao

Les amandes dont les aras raffolent

Du 3 au 5 avril 2019 - Du parc Manuel Antonio aux plages du Pacifique du Sud

Le parc Manuel Antonio est coincé entre collines et océan, c'est le parc qui compte le plus de visiteurs mais la fréquentation est limitée à 600 visiteurs par jour (800 le week end).

Nous sommes arrivés à l'entrée du parc à 6h30 du matin pour avoir toutes les chances d'apercevoir des animaux. Et nous avons bien fait !

 

Le début de notre balade commence avec la rencontre d'un faon.

Puis un drôle de crabe bleu à pattes rouges en pleine forêt, étrange non !

Les singes hurleurs sont également très présents dans la forêt.

Les singes capucins, pas farouche du tout, attendent à ce qu'on leur donne de la nourriture mais il est bien évidemment interdit de nourrir tout animal.

Au bout du sentier principal, nous arrivons sur un bras de mer avec, de chaque côté, deux magnifiques plages à l’eau turquoise : « Playa Manuel Antonio » d’un côté et « Playa Espadilla Sur » de l’autre. 

Il fait terriblement chaud et en profitons pour faire quelques brasses mais l'eau n'est pas assez froide pour nous rafraîchir.

Bien installés sur la plage à l’ombre des cocotiers, nous sommes impressionnés par les singes capucins qui se jetent sur les  sacs à dos à la recherche de nourriture. Il faut donc être prudent car ils n’ont peur de rien. En quelques minutes, ils ouvrent votre sac et vous dérobe votre pique-nique en un rien de temps. Pour nous, plus grand chose à prendre à part nos peaux d'oranges que nous n'avons pas osé leur reprendre.

Celui-ci a dérobé une bouteille d'eau mais n'arrivant pas à enlever le bouchon, il a percé un trou avec sa canine pour pouvoir boire.

Les ratons-laveur également très nombreux dans le parc ont aussi très soif.

Attention, qui s'y frotte s'y pique !

Fruits dont on extrait l'huile de palme.

Après le parc Manuel Antonio, nous nous arrêtons sur la plage de Matapalo pour y prendre un petit bain et y passer la nuit.

Pour notre plus grand bonheur, nous voyons un couple de Paresseux et leur petit dans les amandiers tropicaux en bord de plage. Cette information nous a été donnée par les locaux car nous ne les aurions jamais vus, ils étaient bien camouflés dans les feuillages.

La plage de Matapalo, toujours aussi déserte !

Au petit matin, nous retournons voir notre maman Paresseux(se) qui n'a pas bougé de son arbre.

Voici son bébé qui restera accroché à sa maman pendant 18 mois.

Et voici le papa dans son arbre, 20 m plus loin.

La plage de Tortuga Abajo où nos amis les Glouglous, Jésus et Véronique, nous retrouvent.

Apéro en compagnie de nos amis les Glouglous et de 2 frères Quebecquois en vacances au Costa Rica

Cette forêt en bordure de plage regorge d'oiseaux et en particulier d'Aras Macao

Un Tantale d'Amérique

Un Martin-pêcheur d'Amazonie

Un Martin-pêcheur d'Amérique

Les Aras ont des cris strident qui se repèrent de loin !

Le 6 avril 2019 - Le site archéologique Finca 6 et ses mystérieuses sphères uniques au monde

Les sphères mégalithiques du Costa Rica sont des boules de pierre ou pétrosphères, souvent de gabbro, une sorte de granit, qui ont été découvertes à différents endroits de la jungle du Costa Rica.

On en compte environ 300 exemplaires de différentes tailles mais les plus grosses atteignent un poids de 16 tonnes pour un diamètre de 2,5 mètres. Localement, elles sont appelées Las Bolas.

La quasi-perfection de leur forme, l'éloignement parfois d'environ 100 km des premières carrières possibles d'où elles pourraient provenir, la difficulté de leur datation, des moyens inconnus employés pour les confectionner et leur isolation d'un contexte archéologique certain en font une véritable énigme mégalithique.

Toutes les explications données sur le site sont assez généralistes et ne nous permet pas véritablement de connaître la véritable histoire de ces sphères et de leur peuple.

Lors de la visite du site, nous avons eu la chance de pouvoir approcher des petits singes écureuil, églament appelés "Saïmiri" se nourrissant d'insectes et de fruits.

 

Reconstitution du type d'habitat Pré-Colombien

Une bananeraie est présente sur le site. Nous découvrons le "cableway", mode de transport des régimes de bananes. Il faut savoir que le Costa Rica est le 2ème exportateur d’Amérique Latine après l’Équateur, la culture de la banane est inscrite historiquement dans le pays.

Et voici nos tous petits singes écureuil ! Vraiment trop mignons !

Le 7 avril 2019 - Playa blanca et Golfito

Playa Blanca, dernière plage que nous ferons au Costa Rica

Maëlys s'est construite une cabane.

La marina de Golfito